Spéléo Club de Saint Herblain

  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size
Site du Spéléo Club de Saint Herblain

Six jeunes de l’IME des Sorinières découvrent la spéléologie.

Envoyer Imprimer PDF

Sortie à la grotte René-PaulAprès une exposition photo dans les locaux de l’IME, une présentation des aspects sportif et scientifique de l’activité a été faite au six jeunes en juin 2014. L’équipe éducative a mis au point une action pédagogique autour de ce thème. La visite de la grotte « René-Paul » à Saulges en Mayenne a constitué le point d’orgue de ce projet.

Laissons la parole aux six apprentis spéléologues.

C’était le jeudi 28 août 2014, à Saulges, on était six jeunes et sept adultes. On a visité une grotte !
On a mis des vieux habits, une combinaison imperméable, un casque, une lumière, des bottes, et des gants. On était beaux comme des spéléogues !
On marche un peu puis Jean-Louis du Spéléo club de St-Herblain ouvre une porte aux pieds des roches.
La grotte commence ! On doit se mettre à quatre pattes. Il y avait de la boue… qui colle ! On a du escalader, ramper…
On y a vu des stalagmites (qui montent) et stalactites (qui descendent), des draperies et des piliers. On passait dans des tunnels de salle en salle, il n’y avait pas d’électricité ! Faisait tout noir, heureusement on avait des lampes !
Il y avait des fois où ce n’était pas facile ! Il y avait des trous, fallait se laisser glisser, passer les pieds devant ou derrière, s’accrocher avec les mains, se tirer… et puis on est ressorti un peu sale.

Lire la suite...
 

Camp d'été 2014

Envoyer Imprimer PDF

CanyonLe camp d’été sur le massif des Arbailles a connu un franc succès cette année et a duré exceptionnellement trois semaines.
Les acharnés des glissades ont descendus cinq canyons du Pays Basque : Oilloki, Arzubia, Phista, Zitziratzé et Bidouze. En spéléo, visites et explorations se sont succédées : promenade dans l’aven de Lucucillo, une sortie avortée au Trou Souffleur de Larandaburu pour cause de risque d’éboulement, au gouffre des Lumières : topographie et fin d’exploration, au GA472 : poursuite de la désobstruction à – 10m, au gouffre des Gégènes : désobstruction à –220m, au GA56 : désobstruction à –130m et enfin visite de la Taupe jusqu’à –250m.

C’est pour se délasser de toutes ces sorties éprouvantes que Pierre, Thibault et Arthur partent prospecter en forêt. Ils semblent exceller dans ce domaine puisque qu’ils trouvent et retrouvent plusieurs gouffres dont les TH4 et TH5. Découverts et explorés dans les années quatre-vingt mais mal positionnés sur les cartes, on n’avait jamais vu les entrées. A une trentaine de mètres, un autre trou, non répertorié, aspirant et très étroit retient l’attention des deux fouineurs.
Il n’en faut pas plus pour piquer notre curiosité et décider d’une introduction souterraine dans les formes…

Lire la suite...
 

Canyons Corses mai 2014

Imprimer PDF

Corse2Voici presque deux ans que nous parlions des canyons corses, sans parvenir à bloquer une date, ni à trouver un groupe pour organiser cette escapade aquatique sur l’Île de Beauté. La deuxième semaine des vacances de printemps, tardive dans la saison cette année, était favorable à l’organisation de cette expédition en 2014.
Le 2 mai, nous atterrissons à Bastia. Trente minutes plus tard, nous retrouvons Marc et Céline arrivés par bateau de Marseille en fin d’après-midi dans un des campings de la Marana à 20 km au sud de Bastia. Soirée de retrouvailles arrosée et préparation du programme de la semaine.

Le samedi, un petit canyon pour cette première journée, le ruisseau de Cippeto, présente un faible dénivelé (110m) et nécessite l’organisation d’une navette relativement courte de 5 km, idéal pour s’échauffer ou se familiariser avec la technique canyon. D’emblée, la recherche du départ du ruisseau à travers le maquis donne la tonalité générale des conditions d’accès aux canyons en Corse : c’est seulement vers seize heures que nous finissons par trouver le départ et entamons la descente. Mais après quelques minutes de progression, nous apercevons le chemin par lequel nous aurions dû arriver en rive gauche… Rappels, toboggans et petits sauts se succèdent dont une belle C55 fractionnée en deux tronçons. Nous parvenons à la tombée de la nuit au parking en bordure de la N.193.
Le soir nous revivons en live les descentes grâce aux deux GoPro qui nous ont filmé toute la journée.

Lire la suite...
 

Exploration mars 2014

Envoyer Imprimer PDF

Dans le NA352Débarqué au cayolar après une petite semaine passée à Ste-Engrâce, je profite de cette journée de printemps pour effectuer une longue prospection de six heures sur le massif en direction des roches d’Exaltia. Les étapes de ce circuit « trouristique » passent par le GA1, le GA306, le GA451 (La Taupe) : rêveries d’un promeneur solitaire qui espère trouver de nouvelles entrées et transporte corde et matériel dans son sac à dos, mais rien de neuf sous le soleil.

Mes collègues arrivent le lendemain en début d’après-midi, chargés des provisions pour plusieurs jours. En réalité la cabane regorge de victuailles, si bien qu’on pourrait tenir facilement dix jours à plusieurs sans redouter la disette. Pendant le repas, on se concerte et on décide de commencer la semaine par l’équipement des trous pointés l’automne dernier, et de poursuivre la prospection sur la partie Est de la zone NA où peu de cavités ont été trouvées au regard de sa superficie. Du moins c’est ce qu’on pense.

Lire la suite...
 

Causses janvier 2014

Envoyer Imprimer PDF

Entrée Baume RousseC’est le samedi soir que nous arrivons par petits groupes des quatre coins de la France dans le village de Rieisse situé au bord des gorges du Tarn.

Grotte de Baume Layrou
Nous rejoignons l’équipe de Laurent sur les bords du Trévezel que nous traversons à pied pour accéder au chemin qui mène au trou. Après quelques centaines de mètres, nous arrivons au pied de la falaise où s’ouvre la baume. Celle-ci a été équipée par le haut par Blaise lors d’un stage de formation en 2013. Deux équipes sont formées. La première, conduite par Laurent a pour objectif de visiter la cavité jusqu’à l’Ouragan à environ 300m du terminus. Il nous fait passer par la Galerie Suzanne où il faut se faufiler à travers les blocs et trouver le meilleur cheminement en haut ou en bas.

A la sortie nous rejoignons le laminoir par une escalade en opposition d’une quinzaine de mètres. Pendant ce temps la deuxième équipe avec Thomas est chargée d’équiper une opposition « un peu large » après la salle Amélineau pour le retour. Après quatre heures et demie d’exploration ludique, nous retrouvons la lumière. Malgré l’heure et la distance pour rentrer à Rieisse, nous passons prendre le « pot de l’amitié » à Nant où logent Laurent et son équipe.

Lire la suite...
 

Spéléo dans le Lot, novembre 2013

Envoyer Imprimer PDF

Entrée de l'igue de DianeLa sortie spéléo du WE du 11 Novembre dans le Lot ne commence pas sous les meilleurs hospices : nous arrivons après plusieurs jours de pluie ininterrompue. N'ayant pas envie de faire la "une" des journaux locaux sous le titre "des spéléos encore coincés sous terre par les crues", nous décidons démocratiquement de nous limiter aux cavités fossiles. Ça tombe bien, le choix ne manque pas !

Nous commençons par l'Igue de Diane - du Drapeau pour les intimes - un très grand classique. Après quelques péripéties GéPéhèSque (saviez vous qu'il existe un lieu-dit appelé Caniac, à Figeac, très éloigné de Caniac-du-Causse où se trouve la cavité ?) nous arrivons au pied d'un beau puits d'environ 30 mètres. Il est tellement lisse et droit qu'on l'imagine aisément percé par un gigantesque foret de 5m de diamètre. L'intérieur de la cavité est bien adapté à l'initiation : puits, chatière et belles concrétions, il y en a pour tous les goûts !

Lire la suite...
 

Spéléo massif des Arbailles octobre 2013

Envoyer Imprimer PDF

Salle IH10L’arrivée d’une tonne de boulets de charbon dans le camion d’Alain nous met immédiatement dans l’ambiance - nous sommes bien au cayolar où la bonne humeur côtoie l’inattendu, l’extraordinaire et le n’importe-quoi : c’est aussi pour ça que nous venons.
Betty, perchée sur la benne, dirige les opérations de haut, remplit et distribue les seaux à la partie masculine du groupe. Pendant que certains ironisent sur l’aspect polluant du charbon dans une zone Natura2000, les forts en bras descendent le nouveau poêle - à charbon - lui aussi récupéré. Il ira remplacer l’ancien jugé obsolète.
Je l’aimais bien pourtant. Avec son côté désuet, il collait avec le style hétéroclite de la déco du cayolar. Le nouvel arrivé ressemble plutôt à un lave-linge. Au moins il est blanc, ça fera plus propre.
Contrairement à cet été où nous étions venus en force, nous ne sommes que trois Nantais noyés dans un groupe d’une dizaine de spéléos venus pour la plupart de Limoges.

Lire la suite...
 

Camp d'été 2013

Envoyer Imprimer PDF

CanyonLa chaleur de l’été nous fait rechercher la fraîcheur des cascades en ce début Juillet : Jorge, Sandrine, Ruiz et moi-même descendons sur Ste-Engrâce pour visiter les trois canyons : Ourdaybi, Errekaltia et Harzubia.

Après un jour de bricolage, Christian me rejoint pour aller découvrir le gouffre du Béhia sur le massif d’Urkulu dont Gilen nous a vanté les beautés. Il ne nous a pas menti, après 400 m de puits majestueux, nous découvrons un réseau très varié (concrétionnement, gours et rivière), mais aussi très paumatoire…jusqu’à moins 550m. De retour à la base des puits vers 18h pour un bivouac qui nous semble inutile, nous décidons de remonter dans la foulée pour tester notre condition physique.

Lire la suite...
 

Sicile - Etna, un peu de volcano-spéléologie

Envoyer Imprimer PDF

 

Entrée de grotte sur l'EtnaLors de notre voyage de juillet 2013 en Sicile, nous avons eu l’occasion de visiter des tunnels de lave sur les flancs de l’Etna, un des volcans le plus actif d’Europe.

Ces tunnels se sont formés lors de l’écoulement de lave. La partie supérieure au contact de l’air refroidissant rapidement, la lave continue son écoulement en partie inférieure, jusqu’à épuisement. Des conduits assez réguliers sont donc formés, avec parfois des trouées dans la partie supérieure provoquées par des poussées de gaz. C’est le cas de la grotte dei Lamponi, d’un développé de 700m, avec plusieurs trouées. Partis sans matériel, nous n’avons parcouru que des grottes simple d’accès.

D’autres gouffres nécessitent un équipement et certains n’ont pas été explorés. Avis aux amateurs.

Lire la suite...
 


Page 4 sur 8

Taupe-farfelus1.jpg

Le gouffre des Gégènes
Depuis 2009, nous avons repris l'exploration de ce gouffre dont la profondeur atteint désormais -220m et le développement 700m. Les dernières découvertes montrent un enfoncement de la cavité dans de larges puits actifs.

mod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_countermod_vvisit_counter
mod_vvisit_counterAujourd'hui57
mod_vvisit_counterHier39
mod_vvisit_counterCette semaine238
mod_vvisit_counterSemaine dernière398
mod_vvisit_counterCe mois1283
mod_vvisit_counterMois dernier2659
mod_vvisit_counterTotal39431

2 invités en ligne
Adresse IP: 54.80.236.48
 , 
Date : 20 Oct 2017