Spéléo Club de Saint Herblain

  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size
Accueil Les sorties du SCSH

Spéléo en Ardèche, juillet 2005

Envoyer Imprimer PDF

Abondant concrétionnement des cavités

Cette année le pont du 14 juillet est l'occasion d'une virée en Ardèche du côté de Vallon Pont d'Arc avec dix membres du club.
Nous avons réussi à trouver peu de temps auparavant un camping, simple et pas cher, qui nous permettra de passer quelques bons moments dans des mobil homes.
Plusieurs classiques sont au menu car ce séjour est une première pour une majorité d'entre nous.

Le samedi, nous visitons l'Aven de Noël qui est une très jolie cavité concrétionnée avec tout de même un P90 d’entrée. Elle a bénéficié d'un balisage empêchant une bonne partie des dégradations. Nous profitons ainsi de superbes galeries entièrement blanches du sol au plafond sans détérioration des visiteurs précédents.Cette cavité est aussi connue pour son squelette de chauve-souris calcifié mais après deux heures de recherches infructueuses, il faut se rendre à l'évidence que ce ne sera pas pour cette fois.

Dimanche le groupe se scinde en deux : une partie part faire de la première dans une grotte tenue secrète avec des spéléos de la région pendant que l'autre partie visite l'Aven des Pèbres. Cette petite grotte est relativement facile à équiper. Son intérêt réside dans son immense salle avec ses orgues et ses colonnes. Nous profitons de cette courte visite pour aller ensuite piquer une tête dans l'Ardèche. Il fait 27°C même après 22h alors pourquoi se priver...

Nous nous retrouvons ensuite le soir chez les beaux-parents d'Olivier, producteurs de champagne, pour une soirée mémorable à base de fines bulles, de grillades et de côte de bœuf.

Lire la suite...
 

Traversée de la rivière de Saint-Christophe

Envoyer Imprimer PDF

Rivière de Saint ChristopheLa rivière de Saint-Christophe est une classique traversée d’initiation que nous visitons régulièrement.

Traditionnellement nous passons par le puits d’entrée d’une vingtaine de mètres qui permet d’accéder directement à l’amont de la rivière. Il suffit ensuite de laisser les baudriers au pied du puits car la progression au fond du lit du cours d’eau ne nécessite pas d’équipement. Cette habitude a un fondement car après 1600 m de marche et de ramping, la sortie de la cavité se fait après le passage d’une voûte mouillante d’une vingtaine de mètres de longueur qui laisse peu de place entre le plafond et la surface de l’eau. Ce qui oblige à s’immerger presque complètement, et peut bien-sûr, sans combinaison néoprène, refroidir et impressionner les débutants. La sortie étant proche, en général tout le monde se baigne, part se sécher et se réchauffer rapidement, après avoir eu la surprise de déboucher dans le lavoir en bas du village. On se doute que faire le trajet en sens inverse pourrait rebuter ceux qui manquent de témérité.

Mais pour cette fois, Pierre étant en charge des trois petits nouveaux, j’ai décidé unilatéralement de briser le tabou des traditions et de commencer la balade en passant par le lavoir. Jean-Louis étant aussi rebelle que moi a choisi de m’accompagner et même d’emmener sa fille Manon. Ceci constituera aussi un test pour la sortie programmée en juillet avec les jeunes de l’IME.

Dès notre arrivée, la vérification du niveau d’eau au sortir de l’émergence nous rassure : il a plu la veille mais la rivière est presque à l’étiage et ne montre aucune turbidité.
Par curiosité, j’ai prévu de faire quelques observations dans les laisses situées à une centaine de mètres de l’entrée, ayant déjà vu en hiver des anguilles remonter jusqu’à presque un kilomètre de l’entrée. Avec le réveil de la nature y aurait-il encore des bestioles en visite souterraine ?
Malheureusement j’apprends qu’un groupe de spéléos doit faire la traversée le matin. Leur passage va soulever la fine couche de limon présente au fond du lit et troubler l’eau. Vers midi nous les voyons jaillir de la voûte mouillante. Romain du CDS79 les accompagne et nous explique qu’il a fait une opération de dragage du fond au printemps pour faciliter le passage à l’entrée.

Lire la suite...
 

Spéléo en Haute Saône

Envoyer Imprimer PDF

NeuvonLa réputation des sorties en Haute-Saône chez la Maman de Pierre a  dépassé depuis longtemps le domaine de la spéléologie tant la qualité de l’accueil et le raffinement de la gastronomie locale y sont appréciés. Les candidats retenus sont donc soumis a une sélection sévère ! Thibault, Fabrice et moi sont les heureux élus de cette troisième session. Pierre nous a préparé un programme de choix pour ces trois jours dans la région de son enfance.

Le Samedi 1er Mai, c’est la visite de la Grotte du Neuvon (20km de réseau fossile) au sud de Dijon qui est prévue. Le propriétaire du terrain sur lequel l’entrée artificielle a été creusée pendant près de dix ans nous attend depuis 10 heures du matin alors que nous avions prévu un rendez-vous à 14 heures avec l’un des principaux explorateurs du réseau !

Pendant que nous nous équipons, il nous raconte l’épopée des travaux de désobstruction et la chaude ambiance des soirées de ces dures journées de labeur. En descendant les 80 mètres de puits, nous nous rendons compte de l’ampleur de la tâche. La première partie, succession de petits puits, est taillée comme des marches. Avec ton petit perforateur et tes mèches de 40 cm, Pascal, tu ressembles à un gamin jouant avec sa perceuse en plastique ! Ici tout est taillé avec des mèches de 2,50 m de long et de 4 cm de diamètre.

La configuration des puits rend l’équipement surprenant et inhabituel. Thibault s’y attèle, et vers 15 heures, nous débouchons dans la « cathédrale » après une dernière descente de 20 mètres environ. La dimension de la galerie est comparable à celle que l’on trouve dans le réseau Trombe. Vers quel côté aller ? Pierre sort les 15 feuillets de copies que nous étalons sur le sol pour visualiser notre parcours. Sans boussole, nous partons forcément dans la mauvaise direction vers le terminus 1977, atteint post-siphon avant la percée de la nouvelle entrée. Ces 300m nous donnent cependant un aperçu des magnifiques galeries concrétionnées que nous allons rencontrer.

Lire la suite...
 

RIF 2015 Canyons Corses

Envoyer Imprimer PDF

RIF 2015Week-end de l’Ascension.
Voilà on y est ! Trois cents canyonistes aguerris ou débutants, venant des clubs spéléos (FFS), des clubs alpins (FFCAM), de la montagne (FFME) ou tout simplement non-licenciés, se sont rassemblés en Corse en ce mois de mai pour ce douzième Rassemblement Inter-Fédéral. Et bien sûr l’ambiance est au beau fixe.
Vendredi matin : départ pour le canyon de Macini.
On commence par une petite heure de promenade pour s’échauffer après avoir bêtement suivi un premier groupe de canyonistes qui était devant nous. On vient (et eux aussi) de prendre le mauvais chemin d’approche.
Retour à la voiture : le topo confirme notre erreur.
Hop ! On se remet en selle : on grimpe par le bon chemin cette fois, sur le côté du canyon. En montant on aperçoit au soleil les magnifiques cascades du Macini que l’on va bientôt  descendre. On entend les cris de joie (ou du trouillomètre à zéro ? ) des groupes qui sont déjà en action. Ca donne envie. Arrivé à l’entrée du canyon, on pique-nique, on enfile les combis bien sèches (grrrr !!!) et c’est parti ! Canyon très sympa, débit juste comme il faut, soleil, cascatelles, et très vite la première grande cascade de 50m !

Qu’elle est belle ! Allez ! Une main-courante, une corde et c’est parti dans cette cascade en "S" qui fouette les pieds et qui nous arrose. A cinq, ça avance bien. On continue, puis on arrive à la cascade de 30m.

Lire la suite...
 

Balades spéléo à la Pierre Saint-Martin et dans les Arbailles

Envoyer Imprimer PDF

Arbailles janvier 2015Le camp de base de cette première sortie de l’année spéléo est localisé sur Ste-Engrâce à La Caserne dans une ancienne ferme de Haute-Soule restaurée par les nouveaux propriétaires. Presque trop confortable pour un gîte spéléo, il nous faut heureusement monter à l’échelle en tenant une corde d’assurance pour aller à l’étage.
Sur le plan spéléo, cette période festive n’est jamais vouée à de grosses expéditions souterraines, mais est plutôt un moment privilégié pour faire quelques balades spéléo.

Pour la deuxième  fois en quatre ans nous rêvons de retrouver la « Salle perdue » du réseau de La Pierre Saint-Martin, décrite par Jacques Labeyrie dans son livre « Les découvreurs de la PSM ». Munis d’une copie des pages de l’ouvrage décrivant cette découverte effectuée la veille de la mort de Loubens, nous explorons méthodiquement le mur gauche de la salle Elisabeth Casteret à partir du passage  Gibraltar.

Lire la suite...
 

Six jeunes de l’IME des Sorinières découvrent la spéléologie.

Envoyer Imprimer PDF

Sortie à la grotte René-PaulAprès une exposition photo dans les locaux de l’IME, une présentation des aspects sportif et scientifique de l’activité a été faite au six jeunes en juin 2014. L’équipe éducative a mis au point une action pédagogique autour de ce thème. La visite de la grotte « René-Paul » à Saulges en Mayenne a constitué le point d’orgue de ce projet.

Laissons la parole aux six apprentis spéléologues.

C’était le jeudi 28 août 2014, à Saulges, on était six jeunes et sept adultes. On a visité une grotte !
On a mis des vieux habits, une combinaison imperméable, un casque, une lumière, des bottes, et des gants. On était beaux comme des spéléogues !
On marche un peu puis Jean-Louis du Spéléo club de St-Herblain ouvre une porte aux pieds des roches.
La grotte commence ! On doit se mettre à quatre pattes. Il y avait de la boue… qui colle ! On a du escalader, ramper…
On y a vu des stalagmites (qui montent) et stalactites (qui descendent), des draperies et des piliers. On passait dans des tunnels de salle en salle, il n’y avait pas d’électricité ! Faisait tout noir, heureusement on avait des lampes !
Il y avait des fois où ce n’était pas facile ! Il y avait des trous, fallait se laisser glisser, passer les pieds devant ou derrière, s’accrocher avec les mains, se tirer… et puis on est ressorti un peu sale.

Lire la suite...
 

Canyons Corses mai 2014

Imprimer PDF

Corse2Voici presque deux ans que nous parlions des canyons corses, sans parvenir à bloquer une date, ni à trouver un groupe pour organiser cette escapade aquatique sur l’Île de Beauté. La deuxième semaine des vacances de printemps, tardive dans la saison cette année, était favorable à l’organisation de cette expédition en 2014.
Le 2 mai, nous atterrissons à Bastia. Trente minutes plus tard, nous retrouvons Marc et Céline arrivés par bateau de Marseille en fin d’après-midi dans un des campings de la Marana à 20 km au sud de Bastia. Soirée de retrouvailles arrosée et préparation du programme de la semaine.

Le samedi, un petit canyon pour cette première journée, le ruisseau de Cippeto, présente un faible dénivelé (110m) et nécessite l’organisation d’une navette relativement courte de 5 km, idéal pour s’échauffer ou se familiariser avec la technique canyon. D’emblée, la recherche du départ du ruisseau à travers le maquis donne la tonalité générale des conditions d’accès aux canyons en Corse : c’est seulement vers seize heures que nous finissons par trouver le départ et entamons la descente. Mais après quelques minutes de progression, nous apercevons le chemin par lequel nous aurions dû arriver en rive gauche… Rappels, toboggans et petits sauts se succèdent dont une belle C55 fractionnée en deux tronçons. Nous parvenons à la tombée de la nuit au parking en bordure de la N.193.
Le soir nous revivons en live les descentes grâce aux deux GoPro qui nous ont filmé toute la journée.

Lire la suite...
 

Causses janvier 2014

Envoyer Imprimer PDF

Entrée Baume RousseC’est le samedi soir que nous arrivons par petits groupes des quatre coins de la France dans le village de Rieisse situé au bord des gorges du Tarn.

Grotte de Baume Layrou
Nous rejoignons l’équipe de Laurent sur les bords du Trévezel que nous traversons à pied pour accéder au chemin qui mène au trou. Après quelques centaines de mètres, nous arrivons au pied de la falaise où s’ouvre la baume. Celle-ci a été équipée par le haut par Blaise lors d’un stage de formation en 2013. Deux équipes sont formées. La première, conduite par Laurent a pour objectif de visiter la cavité jusqu’à l’Ouragan à environ 300m du terminus. Il nous fait passer par la Galerie Suzanne où il faut se faufiler à travers les blocs et trouver le meilleur cheminement en haut ou en bas.

A la sortie nous rejoignons le laminoir par une escalade en opposition d’une quinzaine de mètres. Pendant ce temps la deuxième équipe avec Thomas est chargée d’équiper une opposition « un peu large » après la salle Amélineau pour le retour. Après quatre heures et demie d’exploration ludique, nous retrouvons la lumière. Malgré l’heure et la distance pour rentrer à Rieisse, nous passons prendre le « pot de l’amitié » à Nant où logent Laurent et son équipe.

Lire la suite...
 

Spéléo dans le Lot, novembre 2013

Envoyer Imprimer PDF

Entrée de l'igue de DianeLa sortie spéléo du WE du 11 Novembre dans le Lot ne commence pas sous les meilleurs hospices : nous arrivons après plusieurs jours de pluie ininterrompue. N'ayant pas envie de faire la "une" des journaux locaux sous le titre "des spéléos encore coincés sous terre par les crues", nous décidons démocratiquement de nous limiter aux cavités fossiles. Ça tombe bien, le choix ne manque pas !

Nous commençons par l'Igue de Diane - du Drapeau pour les intimes - un très grand classique. Après quelques péripéties GéPéhèSque (saviez vous qu'il existe un lieu-dit appelé Caniac, à Figeac, très éloigné de Caniac-du-Causse où se trouve la cavité ?) nous arrivons au pied d'un beau puits d'environ 30 mètres. Il est tellement lisse et droit qu'on l'imagine aisément percé par un gigantesque foret de 5m de diamètre. L'intérieur de la cavité est bien adapté à l'initiation : puits, chatière et belles concrétions, il y en a pour tous les goûts !

Lire la suite...
 


Page 2 sur 3