Spéléo Club de Saint Herblain

  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size
Accueil Présentation du SCSH Historique du club

Historique du Club

De 1983 à 1987 au sein du Club Alpin, un petit groupe de passionnés ayant découvert la spéléologie lors d’expériences précédentes développent l’activité au sein de la section nantaise.

En 1986 et 1987, lors d’échanges culturels et scientifiques avec les spéléologues bulgares du Club «Académique» de Sofia, accompagnés par quelques spéléologues de Kazanlak (ville jumelée avec Saint-Herblain), nous découvrons plusieurs régions karstiques de Bulgarie dont le massif des Pirines dans la région de Kotel.

BetchankaFin 1987, nous décidons de créer notre propre association qui prend le nom de Spéléo-club de Saint-Herblain. Le Club est affilié à la Fédération française de spéléologie et agréé par Jeunesse et sports depuis 1990 (n°44 S 805).

Les échanges franco-bulgares se poursuivent jusqu’aux années 1990, nous les accueillons sur le célèbre réseau Trombe en Haute Garonne pour effectuer la traversée Coquille-Peneblanque, en Isère pour descendre au fond du mythique Gouffre Berger, le premier « moins 1000 » de France visité jusqu’au siphon à - 1122m et dans les Pyrénées Atlantiques pour traverser le réseau de la Pierre Saint-Martin entre le Gouffre de la Tête Sauvage et la salle de La Verna.

En 1991, nous organisons une expédition en Géorgie avec le Spéléo-Club de Tbilissi dont l’objectif est l’exploration du massif d’Arabika dans le Caucase avec la perspective de battre le record du monde de profondeur qui était à l’époque  de -1535m dans le Gouffre Jean-Bernard en Haute-Savoie. La tentative de coup d’état en Russie cet été 1991 nous détournera bien involontairement de cet objectif. Depuis, la profondeur incroyable de -2000m a été atteinte dans une cavité de ce massif à -2140m dans le Gouffre Voronja.

D’autres expéditions ont été organisées avec nos amis du Spéléo-Club de la Haute-Vienne sur divers massifs du Caucase géorgien.

Régulièrement depuis plus de 25 ans, les membres du SCSH visitent les cavités des cinq grandes zones calcaires de France :

  • les Alpes du Nord et du Sud (Isère, Savoie, Haute Savoie, Var)
  • le Sud du Massif Central (Ardèche, Lot, Aveyron, Lozère)
  • les Pyrénées (Ariège, Haute-Garonne, Pyrénées Atlantiques)
  • la Franche Comté (Doubs, Jura)

Depuis quinze ans, la recherche et l’exploration de nouvelles cavités sur le massif des Arbailles dans les Pyrénées-atlantiques a comblé nos rêves les plus fous. Le « Trou de La Taupe » découvert en 1995 figure parmi les 20 plus grandes cavités françaises et atteint désormais les -775m de dénivelé. Le gouffre « GA 306 », en cours d’exploration continue de nous livrer ses secrets : une salle de 250 sur 50m a été découverte et une jonction avec le gouffre de la Taupe est probable. A suivre....

 

St Marcel8.jpg

Le gouffre de la Taupe.
En exploration commune avec le SCHV depuis 1998, le gouffre de la Taupe atteint désormais la profondeur de -775 m pour un développement de 4250 m. Arrêt sur siphon.