Spéléo Club de Saint Herblain

  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size
Accueil Les sorties du SCSH Sorties 2020 Week-end canyon Hérault juillet 2020

Week-end canyon Hérault juillet 2020

Envoyer Imprimer PDF

Canyon HéraultAprès la reprise Spéléo le week-end du 20/06, il était plus que nécessaire que l’activité canyon reprenne à son tour. Ca tombait bien, nous avions planifié une sortie au calendrier club la semaine suivante à l’occasion des JNSC. Pourtant, au vu de la météo désastreuse annoncée sur toute la chaine pyrénéenne, l’annulation pointait le bout de son nez. Mais c’était sans compter une équipe plus que motivée dont le renoncement était inenvisageable. Une fois, pas deux !

Au cœur de cette petite troupe d’acharnés, Laure-Anne et Maëva ont profité de ce week-end d’initiation pour venir goûter avec nous les plaisirs du canyoning (et de l’après canyon qu’on se le dise !). Après une initiation en règle à Pont Caff, elles étaient impatientes et heureuses de quitter leur petite routine pour découvrir notre univers.
Puisque les Pyrénées n’étaient pas accueillantes, nous avons décidé de nous replier dans l’Hérault quitte à faire un peu plus de route que d’habitude. La météo annoncée de ce côté-là était particulièrement belle et les canyons très aquatiques et ludiques. Soleil + toboggans, nous n’avons pas réfléchi une minute et c’est ainsi que le départ a été lancé le vendredi. Christophe et Philippe ont pris la tête en partant en début d’après-midi, le reste de la troupe (Olivier, JA, Laure-Anne, Maëva et moi) après le travail. Si le début du trajet s’est déroulé dans le calme et la sérénité, la fin du périple (et quel périple !) à partir de Toulouse était tout autre. Un ciel noir comme l’enfer, des éclairs brisant le ciel devant nous, des bourrasques de vent à faire déraciner les arbres… Et d’ailleurs ça n’est pas qu’une expression ! Ils « traversaient l’autoroute sans prévenir » (cf Olivier) et ce, quand la visibilité était au plus bas car on s’accordera tous à dire que c’est bien plus fun dans ces conditions ! Par chance, nous n’avons pas eu de problèmes et nous arrivons finalement au gîte où une chouette petite équipe nous attendait. En plus de Christophe et Philippe, Guillaume et Brigitte, nos deux habitués étaient présents pour notre reprise ainsi que Lindsey venue de Toulouse avec quatre amis. Le plaisir de nous retrouver nous a fait veiller bien tard, le réveil va piquer demain.

Le programme du Samedi était simple : nous devions faire tous ensemble le Rec Grand. Malheureusement au moment de partir, ma nouvelle voiture est venue jouer les troubles fête en décidant de se fermer toute seule, les clés à l’intérieur et accessoirement les sacs de Jean-Alain, Maëva, Laure-Anne et moi ! Quand ça veut pas… On passera mes différentes phases d’émotion durant les heures qui ont suivies jusqu’au moment où le bienheureux dépanneur réussit à ouvrir le carrosse…

Durant notre attente, le reste du groupe est parti faire la reconnaissance du canyon et nous, nous avons croisé les doigts pour pouvoir le faire en fin de journée. Il n’est pas très long, c’est jouable et avec la chaleur caniculaire ce serait peut-être finalement la meilleure option. Après toutes ces péripéties la voiture est enfin libérée (délivrée !) au moment où le groupe sort du Rec Grand. Timing parfait !
Le temps de manger un morceau et Christophe, Guillaume et Olivier repartent pour un tour avec nous. Gentille attention de leur part et, d’un point de vue pratique, leur connaissance du canyon nous permettra d’aller plus vite. Nous commençons notre descente par un toboggan, de quoi lancer Laure-Anne et Maëva directement dans le grand bain. Par chance ce ne sera pas le seul ! Le Rec est un petit aqualand où nous prenons plaisir à sauter et toboggoner dans de l’eau douce et transparente. Un vrai bonheur ! Nos petites nouvelles auront tout fait courageusement, du toboggan très vertical à celui qui envoie valser (pas vrai Christophe ?) en passant par les sauts et les deux seules descentes en rappel du parcours. La fin plus chaotique faite de grosses parties de marche aura raison de notre énergie. Nous sommes contents d’arriver sur le parking aval où tout le monde est resté nous attendre. Petite bière de fin de canyon puis direction le gîte pour un repas tous ensemble. Lindsey et ses amis nous quitterons plus tard dans la soirée.

Canyon HéraultDimanche nous nous levons aux aurores car notre programme est chargé. Nous prévoyons de faire le Vialais dont les marches d’approche et de retour sont conséquentes. Etant donné que nous ne voulons pas partir trop tard à cause de la route, nous nous activons au maximum pour rendre la maison au plus tôt. Cette fois le départ se passe sans embûche et nous arrivons rapidement au parking surchargé de canyoneurs. Nous débutons la marche d’approche sous un ciel couvert qui nous évitera la surchauffe. Nous arrivons rapidement au col du Bardou puis au belvédère où nous prenons le temps d’admirer et d’immortaliser la superbe vue. Puis c’est une longue descente presque interminable qui nous amène enfin au cours d’eau. Après un « grattage » de guide en bel et due forme sans un seul regard vers nous, nous attaquons tranquillement le canyon par un petit saut suivi d’un rappel dans une superbe vasque. Guillaume quant à lui choisira le saut de 6m. Crâneur !

Le parcours est inégal mais dans l’ensemble nous avons réussi à nous amuser bien qu’il soit moins ludique que le Rec. Il nous aura surtout marqué par la multitude de très grandes vasques profondes permettant de sauter et nager à notre guise. C’est d’ailleurs de cette manière qu’il se termine, par un beau saut ou un rappel un peu impressionnant pour nos débutantes. Un peu de marche nous amène sur les berges où quelques baigneuses font trempette. Nous ferons de même pour gagner un peu en fraicheur avant d’entamer la marche retour qui remonte autant qu’elle descendait à l’aller. Jusque là rien d’anormal ????
Nous repartirons en direction du Nord avec deux bonnes heures de retard mais aucun regret sur notre choix de programme. La tête pleine de bons souvenirs (parce qu’au final il ne faut garder que ça) et le bruit des cigales qui résonne encore dans nos oreilles. Nous y reviendrons quand les toboggans nous manqueront !